Le cow-boy et la lady

  • Informations : 

Auteur : Zoe Archer
Editeur : J’ai lu pour elle
Format : Papier
Prix : 5,90€
Nombre de pages : 280 pages
Romance : Angleterre victorienne
Note : 7/10

  • Quatrième de couverture
Un cow-boy dans les rues de Londres! Olivia Xavier ne rêve pas. Un Américain du Far West vient de la sauver des trois sbires envoyés par son concurrent pour l’intimider. La jolie veuve, propriétaire d’une brasserie, fait des envieux. Heureusement, Will Coffin est arrivé à point nommé avec son drôle de Stetson et ses épaules larges comme une montagne. Olivia tome sous le charme, au point de l’inviter chez elle. Scandale! Une femme qui travaille dans l’industrie de la bière à l’époque victorienne c’est déjà choquant, mais si en plus elle se commet avec les classes populaires, c’est carrément un affront aux yeux de la bonne société. et pourtant, Olivia pressent que Will va devenir bien plus pour elle qu’un simple garde du corps…
  • Mon avis

(Je sais pas vous, mais moi, j’adooore la couverture qui est vraiment super kitch)

– L’histoire

Cette histoire est assez plaisante, je dois bien l’avouer. Bon, elle ne casse pas trois pattes à un canard, mais, c’est intéressant à lire. La relation entre les deux personnages est vraiment intéressante. Ils proviennent de deux mondes vraiment différents et ça se sent. Aussi bien dans la manière de parler de Will que dans sa manière de se comporter. Le pauvre homme a du mal à comprendre que ce balader avec un colt dans les rues de Londres ne fait pas vraiment parti des moeurs anglaises. J’aime beaucoup les voir évoluer en eau trouble!

Et je dois bien avouer que la fin m’a surprise. Je ne m’attendais absolument pas à ce genre de fin.

– Les personnages

Olivia Xavier, lady Xavier. Je dois tout mon respect à cette femme. Cette lady anglaise a réussi à s’affranchir de certains code de la haute société dans laquelle elle vit. A la mort de son mari, elle reprends la brasserie qu’il a créer. Donc, déjà, à la base, une femme qui travaille est mal vue… Et qui plus est dans une fabrique de bière, c’est le pompom! Et c’est pour ça que je l’adooore! Elle est vraiment obstinée et pour une fois, elle sait ce qu’elle veut!

Alors, Will… Will Coffin! ♥ C’est vraiment l’archétype de l’américain! Franchement, au début, je me suis vraiment marré avec lui. Son franc parlé détonne dans le monde guindé de l’aristocratie de l’Angleterre victorienne. J’avais l’impression de me retrouver dans un film qu’on aurait pu appeler « Un Américain à Londres », tellement il existe un décalage entre le monde d’Olivia et le sien. Son phrasé et sa manière d’agir est juste une énorme faille entre les deux personnage que je trouve vraiment bien exploitée.

  • Conclusion

– Les points forts

Le franc parlé de Will dans le monde guindé de l’aristocratie anglaise

Une fin surprenante

– Les points faibles

Des rebondissements un peu faibles

  • En bref 
 « Un Américain à Londres », à lire pour le plaisir!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s