The Secret Garden

secret garden‘Where, you tend a rose, my lad, A thistle cannot grow.’ Orphaned and sent to live with her uncle in his austere manor on the moors, Mary Lennox is a lonely and unhappy child. A meeting with Dickon, her servant’s brother begins her adventure and it is through their friendship and her relationship with her troubled hypochondriac cousin Colin that she begins to learn about herself. Their lives all begin to change when a Robin shows Mary the door to a mysterious secret garden.

  • Informations : 

Auteur : Frances Hodgson Burnett
Editeur : Classic Collins
Prix : 3,17€
Nombre de pages : 288 pages
Particularités : Lecture en Version originale
Note : 9/10

  • Mon avis

Le jardin secret, c’est d’abord pour moi un dessin animé que je regardais lorsque j’étais petite. Quand j’ai vu ce bouquin, je me suis dis qu’il fallait que je le lise , notamment pour voir si l’histoire dont je me souvenais était conforme au dessin animé que j’avais l’habitude de lire.

J’ai trouvé l’histoire vraiment très plaisante à lire. Nous suivons la jeune et hautaine Mary Lennox qui rentre en Angleterre après le décès de ses parents et va se confronter à une toute nouvelle vie, auquel personne ne l’avait préparée. Elle va rapidement comprendre que tout ce qu’elle avait connu avant est à présent résolu. 

Une touche de fantastique, une morale vraiment poignante et une amitié à toute épreuve entre trois jeunes enfants peu épargnés par la vie, voilà ce qui a fait que cette histoire m’a vraiment plut. The Secret Garden est l’histoire du changement, du renouveau, de l’apprentissage de soi et des autres. La psychologie des enfants est vraiment travaillée. Toute l’histoire se déroule sans accro et on se prend vite au jeu des enfants à ne pas dévoiler le secret du jardin…

Au niveau du vocabulaire en anglais, il n’est pas très complexe pour un classique. Malgré tout, j’ai été quelque peu dérouté par les expressions qu’utilisait certains personnages. En effet, la retranscription de l’accent du Yorkshire est parfois un peu compliqué à comprendre. Mais dans l’ensemble, la lecture est vraiment simple.

  • En bref 
Un livre sur le changement et le renouveau. Un classique à lire sans modération. 

Recherche sorcière désespérément

Arriman le Terrible, grand sorcier du Nord, souhaite prendre épouse. Il convie donc toutes les sorcières de la région à un grand concours afin de choisir la plus maléfique. Très vite, la cruelle Mme Olypia se révèle être la concurrente la plus redoutable. Face à elle, Belladonna se dit qu’elle n’a aucune chance avec sa magie trop blanche… Hélas! car elle est tombée follement amoureuse d’Arriman et voudrait devenir sa femme. Mais comment?

  • Informations : 

Auteur : Eva Ibbotson
Editeur : Albin Michel Wiz
Prix : 12€
Nombre de pages : 240 pages
Particularités : Littératures jeunesse
Note : 8,5/10

  • Mon avis

Des sorcières. Depuis que je suis toute petite, j’adore ces personnages magiques. Alors, quand j’ai vu que ce livre était proposé dans les ventes privées d’Albin Michel, j’ai sauté sur l’occasion!

C’est une très belle découverte. Ce roman se lit comme un magnifique conte, une ode à la magie blanche sur la magie noir et surtout une ode à l’amour.

Avec une histoire véritablement prenante, on rentre tout de suite dans le livre. On suit sept sorcières en compétition afin de gagner une chose : un mariage avec Arriman le Terrible, un séduisant mage noire. Et surtout, on suit Belladonna, une magnifique sorcière blanche qui sent qu’elle n’a aucune chance de gagner le concours, mais, amoureuse d’Arriman, elle ne lâche pas l’affaire. A l’aide d’autres personnages haut en couleur, elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour ravir le cœur du terrible sorcier. Il y a vraiment du suspense jusqu’au bout. J’ai été surprise d’avoir droit à autant de retournements de situation.

Nous avons tout une pléïade de personnage, tous plus extravagant les uns que les autres. Outre Arriman le sorcier Terrible et Belladonna, nous avons six autres sorcières tout plus sorcière les unes que les autres. Je trouve que chacune des sorcières à vraiment un caractère très personnel, aucune ne se ressemble. Les serviteurs d’Arriman sont bien dans leur genre aussi!

Pour conclure, c’est une lecture jeunesse vraiment très divertissante qui m’a ravie. Très court, mais très bon.

  • En bref 
Un beau conte de sorcières pour petits et grands à lire sans modération.

Le mystère du Drake mécaniste

Au service de Sa Majesté, du pays… et pour rester en vie Emma Bannon est sorcière au service médico-légal de l’Empire. Sa mission : protéger Archibald Clare, un mentaliste renégat qui travaille dans l’illégalité. Ses pouvoirs de déduction à lui sont légendaires ; quant à elle, sa sorcellerie est plus que puissante. Malheureusement, ils se détestent cordialement…
  • Informations : 

Auteur : Lilith Saintcrow
Editeur : Le livre de Poche
Prix : 7,60€
Nombre de pages : 416 pages
Note : 9/10

  • Special thanks 

Je remercie le forum Romance, Charmes et Sortilèges d’avoir lancé un concours pour gagner ce magnifique livre!

  • Mon avis

Mon premier livre Steampunk! Mon tout tout premier! Ca m’a fait un choque, parce que je ne m’y attendais pas du tout! ^^

Dans un Londres imaginaire, appelé Londinium où règne la reine Vitrix, de nombreux évènements mystérieux se mettent en place. La sorcière Emma Bannon est chargée par le premier ministre d’enquêter.

L’intrigue est vraiment prenante. Des rebondissements à la pelle. Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer une seule fois! On découvre le Londinium d’Emma Bannon. Et c’est génial. Lilith Saintcrow a créer un univers vraiment très développé.

Pour une fois, nous avons droit à une héroïne qui s’occupe de la baston et un héros qui s’occupe de la réflexion. Et autant dire que j’ai absolument adoré le concept de renversement des pouvoir (les femmes doivent se battre!). Emma Bannon est une Prima, c’est à dire une sorcière. Elle est totalement dans l' »illogisme » de Britannia. Tandis que son comparse, Archibald Clare est un mentah. Il ne fait que réfléchir aux faits logiques et l’illogisme le perturbe au plus haut point! D’ailleurs, j’adore le fait que si ce type arrête de réfléchir, son cerveau se met à fondre!

Le monde Londonnien que nous livre Lilith Saintcrow est génial! Les créatures présentes sont totalement originales. Mais, j’ai quand même eu quelques problèmes pour rentrer dans ce livre car, certes, la mythologie de Lilith Saintcrow est très développée, mais, il n’y a pas beaucoup d’explication sur les créatures. Par exemple, je ne sais toujours pas ce que sont les exhibeurs…

Lilith Saintcrow nous offre une galerie de personnage tous plus surprenant les uns des autres. J’ai juste adoré le personnage d’Archibald Clare. c’est une Sherlock Holmes en puissance. Un peu froid, très calculateur, il comprend tout avant tout le monde. L’assassin, Valentinelli est également un numéro.

J’ai particulièrement apprécier les relations entre les personnages. Emma et son Bouclier ont vraiment une relation très surprenante… D’ailleurs, j’aurais bien aimer en savoir un peu plus! (peut-être dans le prochain tome!)

  • En bref 
Une histoire steampunk pleine de magie à découvrir!

Gatsby

Au début des années 1920, dans une débauche de luxe, d’alcool et d’argent, un mystérieux personnage s’installe à Long Island dans un domaine incroyable d’extravagance. Qui est ce charmant et légendaire Gatsby, incarnation du pouvoir et de la réussite, dont les fêtes attirent toute la société locale ? Les rumeurs les plus folles circulent. Un espion ? Un gentleman anglais ? Un héros de guerre ? Un mythomane ? 
Une vérité plus profonde se cache derrière l’orgueil et la magnificence de Gatsby, celle d’un ancien adolescent pauvre et d’un amant trahi qui ressemble beaucoup à Fitzgerald lui-même. 
Le vingtième siècle ne fait que commencer mais la fête semble déjà finie…

  • Informations : 

Auteur : Francis Scott Fitzgerald
Editeur : Pocket
Prix : 2,90€
Nombre de pages : 222 pages
Note : 8,5/10

  • Mon avis

Tout le monde parle du film sorti il y a peu… Et bien moi, cela me donne toujours envie de lire le livre qui a inspirer le film. C’est pourquoi, je me suis lancé dans le lecture de Gatsby (en plus, comme il était court, ça m’a fait une petite pause dans mes lectures).

On retrouve l’histoire de Gatsby à travers les yeux du narrateur, son voisin. Nick est un homme qui est plein de tact, c’est d’ailleurs grâce à cela qu’on lui confie de nombreux secrets. Arrivera-t-il à percer le secret du mystérieux Gatsby?

Dès le début de l’histoire, on est projeté dans les années folles, les fêtes et la volonté d’oublier les horreurs de la grande guerre. Les fêtes de Gatsby sont magnifique. On n’y est pas invité, mais on s’y invite. C’est là que l’on s’aperçois de toute la grandeur et de toute la décadence des gens de l’époque. Ils ont vécus le pire, et n’ont plus peur de rien.

J’ai trouvé que sous la fête on sent déjà la fatalité qui englobe ce roman. On sent que malgré toute la bonne volonté affichée des protagonistes, quelque chose ne va pas vraiment tourner rond. J’ai trouvé une certaine noirceur à ce roman, malgré la magnificence affichée. Et lorsque j’ai posé ce livre à la fin de ma lecture, j’ai eu un arrière goût en bouche, comme si je savais que cette histoire aurait pu finir d’une autre manière. (C’est d’ailleurs ce qui m’a interpellé dans ce roman : qu’il me fasse m’interroger bien après avoir posé le roman).

Gatsby est un mystère pour tout le monde. Tout le monde suppose, mais personne ne sait qui il est. c’est ce qui fait le charme de l’homme et de ses fêtes. Peu à peu, on en apprend plus sur lui et sur ses motivations… Et là, j’ai eu un problème, parce que je ne sais pas si à force d’en apprendre sur son compte, je l’ai trouvé plus humain ou au contraire, si je l’ai trouvé toujours comme étant un fantôme.

Pour conclure, cette lecture a été totalement déroutante et m’a parfois laissé perplexe. La manière qu’a F. Scott Fitzgerald de décrire son époque est simplement criant de vérité. Et je suis certaine que de nombreux Gatsby ont du exister.

  • En bref 
Un classique à lire pour s’immerger dans les années folles aux Etats-Unis.
  • Les avis d’autres bloggeuses

Je vous conseille d’aller lire le très bon article de Netherfield Park sur Gatsby le magnifique.

Noir et Blanc – KEL, T1

A l’aube de la Cinquième Ere, les Deux Empires sont une fois de plus au bord de la guerre.

Shelun la Cheveux-Noirs a perdu toute sa famille dans un raid ennemi. Née femme dans un monde dominé par les hommes, elle n’hésite pas à transgresser les interdits et à se travestir pour accomplir sa vengeance.

Or, la guerre est loin d’être la glorieuse aventure décrite dans les cantiques. Quant aux ennemis, ils ne sont peut-être pas tous les monstres qu’elle avait imaginés…

  • Informations : 

Auteur : Andréa Schwartz
Editeur : Rebelle Edition
Prix : 19,90€
Nombre de pages : 478 pages
Note : 8,5/10

  • Special Thanks

Je remercie chaleureusement les éditions Rebelle pour m’avoir permis cette belle découverte.

  • Mon avis

J’ai juste adoré l’idée de départ! Une jeune femme, Shelun, qui a vu tout sa famille se faire massacrée par l’armée ennemie, les Kel’yon, décide de se travestir en homme pour rentrer dans l’armée de son empereur, les Kel’bai. Une nouvelle Mulan dans un univers de fantasy! (oui, mes références ne volent pas très haut, mais, j’assume, parce que j’adore!).

Les scènes de combats sont absolument magnifiques! Autant vous dire que j’ai été subjuguée par tous ces combats entre les armées Kel’yon et Kel’bai. Heureusement d’ailleurs, vu que deux bons tiers du romans est composé de bataille. Je me suis revu en train de lire Guerre et Paix de Tolstoï. Andréa Schwartz a l’art, tout comme Tolstoï, de retranscrire de magnifiques stratégies militaire. J’ai senti la sueur, le sang et la peur pendant ma lecture! Un seul petit bémol cependant : qu’il n’y ait pas de carte au début où à la fin du livre pour se repérer, savoir où sont les armées et quels mouvements elles font.

Au cours de ce roman, on croise de nombreux personnages. De très nombreux personnages. Et au départ, il est un peu compliquer de comprendre toutes les relations entre eux, notamment au sein de l’armée. Les officiers, les sous-officiers, etc, sont très nombreux et j’ai parfois eu du mal à me souvenir de certains, mais les plus importants, on les voit, donc tout va bien!

Ce que j’ai adoré également dans ce roman, c’est le message qu’il fait passer! Surtout grâce à Shelun qui change complètement sa vision des choses grâce à ses rencontres (et grâce à son amant!). La guerre amène la haine, mais pas que! Cette évolution de tous les personnages est vraiment très intéressantes. Certains changent dans un sens plus tolérants, d’autres non.

La relation entre Shelun et son amant est vraiment géniale! Même si les moments qu’ils passent ensemble sont vraiment trop courts. On sent vraiment de la sincérité entre les deux personnages! J’ai hâte de les retrouver dans le prochain tome!

La fin de ce roman… Mais, quelle fin! Le suspense va me tuer! Pendant les 10 dernières pages, tout va vraiment mal… Et on arrive sur une note d’espoir quand la fin du livre arrive! Et autant dire que j’ai vraiment très envie de savoir ce qu’il va se passer pour Shelun, Aydred et Herdred!

  • En bref 
Un univers de guerre à découvrir pour la beauté des combats et la beauté de la relation entre Shelun et son amant! 

L’épouse de Lord Mackenzie

A dix-huit ans, Isabella a bravé l’autorité parentale pour épouser lord Mackenzie, peintre passionné dont elle est devenue la muse. Pourtant, lasse des libations exagérées de son mari, elle a fini par le quitter. Trois ans plus tard, elle revient vers Mac pour l’avertir qu’un inconnu vend des toiles sous son nom. S’il prend l’affaire à la légère, Mac ne cache pas à Isabella qu’il est prêt à tout pour la reconquérir. Mais, lorsque le mystérieux faussaire sort de l’ombre pour s’en prendre à elle, Mac réalise qu’il pourrait bien la perdre une fois encore et, cette fois, pour toujours…

  • Informations : 

Auteur : Jennifer Ashley
Editeur : J’ai Lu (Collection Pour Elle)
Prix : 6,50€
Nombre de pages : 215 pages
Romance : Romance victorienne
Note : 8,5/10

  • Mon avis

J’avais découvert la famille Mackenzie avec un coup de coeur pour La folie de Lord Mackenzie. J’ai trouvé ce second tome un peu (un tout petit peu) moins bon. Et oui, tous les frères Mackenzie ne peuvent pas avoir des tomes coup de coeur.

J’ai retrouver avec plaisir les personnages d‘Isabella et de Mac, déjà rencontré dans le premier tome de la saga. C’est un couple vraiment intriguant car ces deux personnages ont déjà vécu une histoire d’amour avant de se séparer. Ils sont même d’ailleurs toujours officiellement mariés.

Ce livre est en fait l’histoire d’une reconquête : on sait que Mac et Isabella se sont aimés (même follement aimés, il y a trois ans). Et on se doute fortement qu’ils sont toujours amoureux l’un de l’autre. Le tout ici est de savoir comment Jennifer Ashley va faire en sorte de réussir à réunir ce couple. Et comme d’habitude avec les scandaleux Mackenzie, tout ne va pas se passer comme prévu.

En parallèle de l’histoire d’amour, on a l’histoire du faussaire. Un homme se faisant passer pour Mac vends de faux tableaux sous son nom. Cette histoire devient de plus en plus sombre au fur et à mesure que l’on avance dans le livre. Par contre, je trouve dommage que cette histoire ne prenne pas une part plus importante. A mon avis, elle aurait vraiment pu être plus exploitée.

La fin est vraiment haletante… Et autant dire que j’ai hâte de retrouver les aventures de cette famille outrageusement scandaleuse!

Et dans ce livre, on a droit à… Du kilt! Dans tous ces états! ♥ Et je dois bien dire que je ne peux pas du tout résister à un homme en kilt! ♥

J’ai beaucoup apprécier le personnage de Mac, notamment grâce à sa volonté affichée de toujours porter son kilt dans le pur style écossais. C’est également un homme totalement perdu. Qui comprend au fil de l’histoire ce qu’il aime vraiment dans sa vie et ce qui le motive réellement.

Isabella est une femme qui aime son mari, pourtant, elle a fait le choix le plus difficile en le quittant pour ne pas sombrer elle-même. Et c’est pour cela que je l’admire et que je l’adore. Elle a une capacité de compréhension assez développée, qui lui permet de toujours faire le meilleur choix possible.

  • En bref 
La famille Mackenzie n’a pas encore fini de surprendre : faussaire, reconquête et amour son au programme pour ce nouveau tome.

Tell No One

f0e9f-tell2bno2boneFor Dr. David Beck, the loss was shattering. And every day for the past eight years, he has relived the horror of what happened. The gleaming lake. The pale moonlight. The piercing screams. The night his wife was taken. The last night he saw her alive.
Everyone tells him it’s time to move on, to forget the past once and for all. But for David Beck, there can be no closure. A message has appeared on his computer, a phrase only he and his dead wife know. Suddenly Beck is taunted with the impossible – that somewhere, somehow, Elizabeth is alive.
Beck has been warned to tell no one. And he doesn’t…

  • Informations : 

Auteur : Harlan Coben
Titre français : Ne le dis à personne
Editeur : Dell Fiction
Prix : 7.99$
Nombre de pages : 370 pages
Particularités : Roman anglophone
Note : 8/10

  • Mon avis

J’ai lu ce livre dans le cadre de mes cours d’anglais. Nous devions lire quelques chapitres par semaines et pendant le cours, nous parlions de ce livre. Pour moi qui adore lire les livres d’une traite, mettre un peu plus de trois mois pour lire un thriller, c’était beaucoup trop dur! Surtout que la plume d’Harlan Coben est vraiment très bonne.

On suit le personnage du Docteur Beck qui reçoit un mystérieux e-mail de provenance inconnu. Lorsqu’il ouvre le lien de cet e-mail, il voit, à l’aide de caméra de surveillance, sa femme, censé être morte 8 ans auparavant. De là, il se lance à sa poursuite. Mais poursuit-il sa femme ou son fantôme?

Harlan Coben a le sens du suspense. Du début à la fin, on ne sait pas à quoi s’attendre. La première partie du livre se déroule assez lentement, le temps de mettre tous les personnages et tous les indices en place. Mais, une fois que tout est bien positionné, le rythme du livre s’accélère d’une manière telle qu’il est difficile de poser le livre. Jusqu’à la dernière page, Coben nous tient en haleine (vraiment la dernière page! Je n’avais encore jamais lu un tel livre!).

Mon moment préféré, celui pendant lequel j’ai retenu mon souffle, est celui de la course poursuite entre Beck et la police. J’avais l’impression d’être avec Beck à ce moment-là. D’avoir peur, d’avoir mal, de respirer en même temps que lui.

Le personnage de Beck, que nous suivons tout le long du livre est vraiment attachant. Il nous prouve tout ce que l’on peut faire pour l’amour d’une personne. Il m’a appris qu’il ne fallait jamais désespérer. C’est un personnage qui essaye de déterrer les secrets dans lesquels ont l’a enfermé… Ce qui n’est pas vraiment pour plaire à tout le monde.

On a un groupe de méchant, vraiment très méchants. Les tortures qu’ils font subir à leur proie sont vraiment terrible. Même si Coben ne met pas de mots dessus, on peut aisément s’imaginer ce qu’il se passe lorsque ces hommes passent à l’actions.

Les autres personnages sont aussi très bien amenés. Ils ont chacun une vie qui leur est propre dans le livre. Ils ne servent pas que les intérêts du héros. On sent qu’ils sont vraiment là parce qu’ils ont une vie en dehors du roman. J’ai particulièrement adoré le personnage de Shauna, la belle-soeur de Beck, qui ne se laisse pas du tout faire.

Pour conclure, j’ai l’intention de regarder l’adaptation française du roman pour me faire une idée (Ne le dis à personne de Guillaume Canet). Je pense vous écrire très prochainement un article à ce sujet.

Au niveau de la version anglaise, j’ai trouvé que ce roman était vraiment accessible. Bien qu’ayant passer un an à l’étranger pour parfaire mon anglais, c’était mon premier vrai roman lu dans la langue de Shakespeare (oui, je ne compte pas les ouvrages de Marketing ou de droit).

  • En bref 
Un thriller palpitant où l’on ne sait plus où est la vérité, un bon livre pour cet été!

Le secret d’une rose

Norfolk, avril 1815.
Accusée à tort d’être une voleuse doublée d’une courtisane, Lina Shelley fuit Londres et se réfugie dans le Norfolk, chez un ami de sa tante, le très honorable lord Dreycott. Mais voilà que ce dernier disparaît, léguant son titre et sa fortune à son neveu, Quinn Dreycott. Et le désarroi de Lina est à son comble lorsqu’elle fait la connaissance du mystérieux Quinn : séduisant, délibérément enjôleur, le beau libertin ne semble pas s’encombrer de convenances et la traite avec une familiarité déconcertante. Malgré cela, et malgré elle, Lina est totalement fascinée par cet homme si différent des autres. Un homme qui, pourtant, pourrait bien la chasser s’il venait à découvrir pourquoi elle a quitté Londres…

  • Informations : 

Auteur : Louise Allen
Editeur : Harlequin (Collection Les Historiques)
Prix : 6,25€
Nombre de pages : 310 pages
Romance : Angleterre géorgienne
Note : 7/10

  • Mon avis

Cette histoire est assez bonne. On retrouve la romance imbriqué dans une histoire de vol et une vengeance. Le fait d’aborder tous ces thèmes permet à l’histoire de ne pas trop traîner en longueur, ce qui est vraiment plaisant.
La romance est vraiment bien amenée, ni trop rapide, ni trop lente. Les sentiments semble réels entre les protagonistes.
Il y a des scènes complètement décalées qui m’ont fait sourire. La scène de la sortie du bain est juste énormissime! Je en m’attendais pas à de telles réactions de la part des personnages.
J’ai beaucoup apprécier les différents quiproquo sur la véritable situation de Lina. Quinn ne sait vraiment plus quoi penser et la pauvre Lina se met toujours dans des situations incompréhensibles pour le jeune homme. Tantôt prude, tantôt séductrice, Quinn ne sait jamais trop sur quel pied danser, ce qui donne des situations assez cocasses et de l’incompréhension de la part du jeune homme qui pense avoir comprit quel genre d’intrigante est Lina… Et qu’en fait, pas du tout!

Les personnages étaient vraiment travaillés. Ils ont une vraie profondeur, une vraie histoire.
Lina est vraiment très attachante. Cette jeune femme qui fuit la police à quelque chose de candide et naïf dans sa façon d’être. La preuve, elle ne sait jamais trop comment se comporter avec Quinn!
Le personnage masculin de Quinn m’a beaucoup plût également. Par contre, malgré ce qu’en disait le résumé, je ne l’ai vraiment pas trouvé si libertin que ça. Il était même plutôt réservé!
Mais, mon personnage préféré reste celui de Gregor. Ce russe a le don de parler sans vraiment réfléchir. Et en plus, il ne pense qu’à découvrir les petites anglaises. Ses conversations avec Quinn tournent d’ailleurs beaucoup autour de ce sujet. Chaque fois que son ami a un problème, il semble vouloir le régler par une partie de jambe en l’air.

  • En bref 
Une romance à découvrir pour les joutes verbales entre Gregor et Quinn

Vague de chaleur

Un magnat de l’immobilier est retrouvé mort au pied de son immeuble de Manhattan. Et visiblement, il a eu de l’aide pour passer par-dessus la rambarde… Une femme avec un passé trouble réchappe de justesse d une embuscade. Il faut chaud, trop chaud, à New York et les passions semblent se déchaîner. Quand un autre meurtre a lieu dans l’entourage de l’homme d’affaires assassiné, la police enquête en eaux troubles, là où le secret et le silence font loi.
Mais l’enquêtrice de choc Nikki Heat est là pour faire la lumière sur cette sale affaire. Avec son équipe, elle va percer un à un tous les secrets du mort, flambeur incestueux aux multiples ennemis. Des secrets que de nombreuses personnes auraient préféré laisser dans l’ombre…

  • Informations : 

Auteur : Richard Castle
Editeur : City
Prix : 17,50€
Nombre de pages : 255 pages
Particularités : Roman tiré de la série Castle
Note : 9/10

  • Mon avis

Alors, autant vous prévenir tout de suite, j’adore la série Castle… Alors, quand je suis rentrée chez mon libraire et que j’ai vu qu’il avait Vague de Chaleur, le premier roman des aventures de Nikki Heat, j’ai juste sauté de joie et mon sourire ne m’a pas quitté de toute la journée!

Pour ceux (ou celles) qui ne suivent pas la série : Richard Castle est un grand écrivain qui veut écrire son prochain livre sur la police de New-York. Etant un proche du maire, il obtient le passe-droit de rester quelques temps avec une équipe de police, celle commandée par Kate Beckett. Et, dans la série, Richard Castle écrit le premier tome des aventures de Nikki Heat en s’inspirant de Beckett et de sa relation avec la jeune femme.

Je ne vais vraiment pas être objective avec ce roman, car j’adore la série.

Si on enlève le fait que parfois la traduction est faite au marteau piqueur, j’ai trouvé que cette enquête était vraiment très bonne. c’est avec délice que j’ai retrouvé en Rook, mon Castle adoré et en Heat ma petite Beckett. Toute l’histoire se déroule lors de la grande vague de chaleur qui sévit sur New-York, donnant parfois droit à des moments torrides… L’enquête est vraiment bien menée, je ne suspectais pas le moins du monde le coupable (comme d’habitude, me direz-vous!).

L’évolution de la relation entre les personnages était vraiment très bonne. Rook fini, à l’aide de beaucoup de patience, par apprivoiser Nikki. La jeune femme est une écorchée vive qui préfère ne pas s’engager dans quoi que ce soit.

J’ai beaucoup aimé Nikki, notamment parce que c’est une femme forte. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds dans un monde de brute. Et surtout, elle est extrêmement doué lors des combats rapprochés. La scène d’action dans sa cuisine m’a vraiment beaucoup plu!

Rook est un homme que j’ai adoré! Il a l’humour de Castle, n’hésitant pas à tourner en dérision certaines choses trop morbides. Il est vraiment très attachant. J’ai beaucoup aimé la scène de l’interrogatoire du polonais où il pète complètement un câble… Génial!

Le duo de flic de choc qui accompagne Nikki est aussi génial. On sent vraiment la complicité entre les deux hommes, même s’il n’arrêtent pas de dire qu’ils se détestent.

Pour conclure, je crois que je vais très prochainement m’offrir le second tome des aventures de Nikki Heat pour retrouver mes personnages préférés.

  • En bref 
Un excellent produit dérivé de la série, à consommé sans modération lors des vagues de chaleurs (et même avant)…

Going Wild

Depuis sa naissance, Stephen lutte contre une maladie incurable. Jusqu’au jour où il est victime d’une mystérieuse agression, qui le laisse contre toute attente en parfaite santé. Enfin, si se transformer en loup peut être appelé une « parfaite santé »…

La meute de Jason est en alerte : contrevenant à leur loi, un loup-garou a mordu un humain, faisant de lui l’un des leurs. Le loup en devenir va avoir besoin d’un guide. Bien qu’il n’en ait aucune envie, Jason est désigné. Pour couronner le tout, le nouveau n’est autre que Stephen, le « loser » de son lycée !

coup-de-coeur

      • Informations : 

Auteur : Xenja
Editeur : Edition Laska
Format :  Numérique
Nombre de pages : 46 pages
Romance : Homosexuelle
Note : 10/10

  • Mon avis

Cette histoire est juste… Waou! Absolument magnifique! Cette romance mêlant homosexualité et fantastique avec les loup-garou est vraiment géniale. Mon seul regret, qu’elle ne soit pas plus longue!

J’ai été happée par l’histoire dès les deux premiers paragraphes. Xenja à l’art en peu de mots de nous propulser dans son univers.

Donc, nous suivons les aventures d’un jeune homme, Stephen qui se fait transformer et devient un loup garou. Un mal pour un bien? Il n’en est pas si certain lorsqu’il rencontre le clan de loup-garou du coin. L’alpha de la meute le fourre dans les pattes d’un de ses camarades de lycée. Et, le pauvre Jason n’est pas du tout d’accord pour être le baby-sitter du jeune homme.

J’ai adoré cette romance qui s’établit tout en douceur, sans accro. On sent que les sentiments entre les personnages sont réels, autant que leurs motivations.

J’ai trouvé cette novella vraiment magnifique. Elle m’a également fait réfléchir sur la maladie et sur la médecine actuelle. Un petit loup-garou pourrait finalement être une bonne solution!

  • En bref 
Une romance gay attachante à découvrir sans plus attendre!